Ce que m'a soufflé la ville

À propos

Milène Tournier parcourt les villes, Paris est son terrain de jeu, la marche sa principale source de création. Ce que m'a soufflé la ville est une succession de pérégrinations urbaines, d'heures de marche, de bribes de conversations volées.
- Ce que m'a soufflé la ville est une succession de pérégrinations urbaines, d'heures de marche, de trajets en train ou en RER, de bribes de conversations volées. Marcher, ne faire qu'un avec la ville pour percevoir et saisir ce qu'elle murmure et ce qu'elle a à donner.

- Arpenter la ville en quête de soi, marcher pour déjouer l'absence et accepter la solitude : " Le présent, c'est ce qui interrompt la mémoire. Comme les villes le ciel. " - Milène Tournier propose au fil de ses déambulations une autre façon d'habiter la ville : " À toi, qui crois que vivre, vraiment vivre, est sans doute autre chose que ce que tu fais. "


Rayons : Littérature > Poésie > Contemporaine


  • Auteur(s)

    Milène Tournier

  • Éditeur

    Castor Astral

  • Distributeur

    Interforum

  • Date de parution

    16/02/2023

  • Collection

    Poche/essais

  • EAN

    9791027803484

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    124 Pages

  • Longueur

    17.6 cm

  • Largeur

    11.6 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    108 g

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Broché  

Milène Tournier

Milène Tournier, née en 1988 à Nice, est docteure en études théâtrales
de l'université Paris-3-Sorbonne nouvelle.
Dirigée par Hélène Kuntz, sa thèse s'intitule « Figures de l'impudeur :
dire, écrire, jouer l'intime (1970-2016) ». Ses recherches portent sur l'au-
tobiographie, le corps, le jeu, et la redéfinition de l'intime à l'aune du
partage en ligne sur les différentes plateformes du web.
Elle participe à une résidence d'écriture dramatique pour l'édition 2018
du Lyncéus Festival à Binic. Elle est également documentaliste.
En 2017, elle obtient la bourse des encouragements de la Commission nationale d'Aide
à la création de textes dramatiques pour Dans ma ville. La même année, elle tourne dans
Automne malade, docu-fiction de Lola Cambourieux et de Yann Berlier, fondateurs du groupe
Réalviscéralisme qui s'intéresse à la porosité entre réel et fiction.
En 2013, elle est lauréate du prix de la Nouvelle de l'université Paris-3-Sorbonne nouvelle.
Elle pratique l'écriture vidéo et partage régulièrement son travail sur le réseau social Facebook.
Quelques-uns de ses poèmes seront publiés dans le prochain numéro de la revue de poésie
contemporaine Place de la Sorbonne.

empty