Bourgogne

  • L'essentiel du patrimoine culinaire bourguignon en allemand... parce que les Allemands, eux aussi, savent ce qui est bon. 34 recettes bourguignonnes sont réunies dans cette monographie d'un ton totalement nouveau.

  • La cuisine bourguignonne est une cuisine très variée composée d'une grande diversité de produits : vins, truffes, escargots, volailles. font la fierté de ce terroir. Les oeufs en meurette, le jambon persillé, le boeuf bourguignon, le coq au vin, la tarte aux pêches de vigne. L'évocation de ces recettes suffit à elle-seule à nous mettre l'eau à la bouche.
    Apprenez à préparer ces plats incontournables et devenez spécialiste de la cuisine bourguignonne.

  • 34 recettes bourguignonnes sont réunies dans cette monographie d'un ton totalement nouveau.

  • J'ai voulu faire profiter mes semblables de recettes simples et bonnes, qui se sont transmises depuis plusieurs générations dans les vieilles familles bourguignonnes, soucieuses de prendre une nourriture quotidienne agréable et soignée, mais sans prétention. On y trouvera aussi quelques recettes de choix, pour aider à accueillir les hôtes que l'on souhaite traiter, avec l'antique et somptueuse courtoisie française. [...] Ce ne fut point seulement la maîtrise de quelques traiteurs éminentsqui fit la renommée gastronomique de Dijon. Ce fut surtout l'excellence de la cuisine que préparaient dans les familles, soit d'expertes cuisinières de Cordons-Bleus soit même les maîtresses de maison, qui considéraient le devoir culinaire comme l'un des premiers de leur charge domestique. C'était alors le bon temps ; c'est pour qu'un tel temps revienne que j'ai recueilli ces petites formules que je vous offre. La précipitation de la vie contemporaine, la haine de l'effort et des soins attentifs, les cuissons industrielles, qui, comme la plupart des progrès tant célébrés, sont contraires, tout bien pesé, au bonheur des hommes, sont les causes de la décadence. [...] Si j'ai pu contribuer au bonheur de mon prochain, à la paix conjugale dont la mauvaise cuisine est un terrible ennemi ; si j'ai pu démontrer à quelques jeunes femmes que mes recettes l'emportent sur celles du Maître-queux du Radeau de la Méduse, sur lequel elles font volontiers une croisière, je serai heureux... (Extrait de la Préface de l'édition originale de 1936).

  • La Bourgogne est féconde en produits régionaux et en vignobles d'exception qui font de sa gastronomie l'une des plus remarquables en France.
    Escargots, meurette, boeuf bourguignon, potée, pochouse, flamusse, gougères... et tant d'autres spécialités, au fromage, au vin, à la moutarde ou aux épices, des mets qui ont fait le tour du monde et dont la réputation s'ajoute à celle de ses cépages. Attachez vos serviettes, en Bourgogne la table est chaleureuse, généreuse, réconfortante et, ici, la bonne chère est une institution.

  • Ce livre n'est ni un guide ni un livre de cuisine. C'est un récit. Des récits, devrions-nous dire, particulièrement buissonniers, savourant toutes les gourmandises : paysagères, humaines, architecturales, végétales... et celles de papilles !

    Deux amies vont et viennent à travers cette Bourgogne du Sud, propriété, autrefois, de Charles Quint. L'influence de Cluny y est forte. Les églises romanes, les bovins, le bocage, les bois, la vigne, tout respire l'Authentique -avec un grand A-.

    Le parcours, qui n'est en rien prédéfini, part de chez Laurence, à l'ombre du clocher octogonal d'Anzy-le-Duc, et de chez Fabienne, sur le Mont Heurgues, sommet du Brionnais, pour aller, au gré des envies, des rencontres, des circonstances, des saisons : à Charlieu, à Cluny, à Semur-en-Brionnais, à la Clayette, au Mont-Saint-Vincent... Dans un monde où passé et présent s'entrecroisent, s'entrelacent, sans jamais fléchir, Fabienne Croze, munie de son éternel petit carnet, a pris, sans relâche, pendant plus de dix ans, des notes, parlé avec les habitants, croqué portraits et paysages. Etant par ailleurs correspondante de presse, en circulant, elle a su actionner souvent le "clic" de son appareil photo. Laurence Duquesne, elle, est passionnée de photos et ainsi, elles ont pu puiser dans un stock largement pourvu afin de faire "voir la Bourgogne du sud" par des mots mais également par des images. N'oublions pas tous ceux qui ont collaboré à cette "Balade Buissonnière" : les amis qui ont écrit des textes de souvenirs, l'historien Jean Etienney qui a su comme personne raconter le marché de Marcigny, le linguiste Mario Rossi, l'astronome Jean-Pierre Verdet, le chef Pierre Troisgros et tant d'autres, connus et inconnus qui ont raconté "leur" Brionnais aux lecteurs...

    Avec une gourmandise non feinte, les deux initiatrices de l'ouvrage ont su croquer, par le biais du texte écrit par Fabienne et des illustrations choisies par Laurence, ce pays du sud de la Bourgogne du Sud, ce pays bordé par la Loire, dernier fleuve sauvage d'Europe. Vivant en Brionnais, elles se sont d'avantage attardées, dans ce premier ouvrage ,autour de chez elles, quittant malgré tout leur environnement immédiat pour quelques échappées buissonnières. Tant de lieux, tant de personnes, de personnages, de personnalités dont elles auraient aimé parler et qui, hélas, n'apparaîtront pas dans l'ouvrage, faute de place, faute de temps car une vie n'y suffirait pas !

    Ce livre est avant tout une invitation à poursuivre le voyage en cette région préservée, presque intacte, véritable luxe devenu rare aujourd'hui. Les deux comparses n'ont pas tout vu, n'ont pu rencontrer tout et tous. Il ne pouvait en être autrement : comme il a été dit, en cette contrée, la richesse des hommes et des lieux est telle que plusieurs vies, plusieurs livres n'y suffiraient pas.

    Alors, à tous, bon voyage au delà de cet ouvrage... Et puis sachez, cher lecteur, que d'autres balades buissonnières sont en préparation.

  • "La Bourgogne n'est que certitude pour le plaisir des yeux et de la bouche" a écrit Bernard Pivot, et son patrimoine culinaire est un des plus riches de France. Qui ne connaît l'escargot, la volaille de Bresse, le boeuf charolais, la moutarde et le cassis de Dijon ? Fleurons de la Bourgogne, plus de 70 produits célèbres ou moins connus (la corniotte, la cramaillotte ou le claquebitou) sont ici décrits et racontés de leurs origines à nos jours.
    Pour mieux les redécouvrir, des recettes régionales ont été recueillies : traditionnelles, comme le boeuf bourguignon, les neufs meurette, le saupiquet ; ou réinventées par cinq grands cuisiniers de la région : ragoût de grenouilles aux écrevisses de Saône de Jacques Lameloise, darnes de brochet au meursault de Bernard Loiseau, pauchouse des bords de l'Yonne de Michel et Jean-Michel Lorain, couée de porc de Marc Meneau, poires pochées aux grains de cassis de Jean-Pierre Billoux.
    C'est la grande histoire gourmande de la Bourgogne que ce guide nous invite à garder vivante et à savourer.

  • L'écriture généreuse de Fabienne Croze exalte ici les saveurs, les couleurs et les fragrances du monde. Mais, pas plus que le précédent (Balade buissonnière et gourmande... En Bourgogne du sud, Thoba's éditions, 2010), ce livre n'est un guide touristique. Et pourtant il invite au voyage, suggère des destinations, et cette fois non seulement dans les collines du Brionnais-Charolais, mais au-delà, à Lyon, à Collioure, en Catalogne et jusqu'au lointain Pernambouc, dans le nord-est du Brésil. Ce n'est pas non plus un livre de cuisine, et pourtant il donne des recette, celles du tablier de sapeur et de la sauce gribiche, de la soupe de crabes verts ou de la feijoada brésilienne. Je ne sais ce qui, des mets ou des mots, procure à Fabienne le plus grand plaisir de langue : elle savoure l'énumération des pièces de gibier qui composent la "prouesse gourmande" d'un charcutier lyonnais, se délecte de la luxuriance des noms des fleurs ou des coquillages tout comme elle déguste, après avoir humé l'odeur humide de la cave, un aromatique Gevrey-Chambertin. Si tous les sens sont ici en fête, les mots n'y sont pas étrangers, les mots qui distinguent les couleurs des ciels (laiteux en avril, couleur de pêches mûrissantes un jour d'hiver), les mots qui disent le goût de schiste et de cerise confite d'un vin ou une odeur de foin, de foin et de rien d'autre. Le goût des mots, et celui des gens, conduit d'ailleurs Fabienne à se faire lectrice aux vingt-quatre heures de lecture à Saint-Haon le Châtel lors du solstice d'été, conteuse des "Contes givrés", à participer au café-philo de Fleury-la-Montagne et au Cultur'Café d'Ozolles. L'amour de la musique aussi la transporte et elle est de tous les concerts : à la bute de Suin, à Bois-Sainte-Marie, à Anzy-le-Duc, partout elle vibre et s'enthousiasme. Ces activités dévorantes escortent les saisons et ce livre en suit le rythme, de l'hiver jusqu'à automne. C'est le récit lyrique et chaleureux d'une bourlingueuse hédoniste ancrée dans le Brionnais, joyeuse de donner ses rencontres, ses découvertes, ses amitiés même, en partage aux lecteurs.

empty