1939-1945

  • Pour la première fois réédité depuis sa publication originale en 1947, ce petit bijou d'écriture et de dessin porte la signature de deux artistes singuliers du XXe siècle : Elsa Triolet et Raymond Peynet. Imaginé par Elsa comme un conte merveilleux aux allures de « dessin animé », l'ouvrage est contemporain du Cycle d'Anne-Marie (Personne ne m'aime, 1946 et Les Fantômes armés, 1947) et donc porteur des mêmes obsessions, des mêmes angoisses. À y regarder et lire de plus près, tous ces décors colorés, enfantins, et cette écriture féérique cachent un envers plus sombre : le paysage d'une France et d'un monde décimés par la guerre et le fascisme, où la narratrice, en laquelle on reconnaît l'auteure, est entraînée dans une fuite en avant onirique et angoissée qui finit toujours, comme dans un cartoon, par une chute, ici douloureuse, moins tragique peut-être, que douce-amère.

  • Régine Deforges La Bicyclette bleue 1939. Léa Delmas a dix-sept ans. Sa vie se résume aux senteurs de la terre bordelaise, à la lumière des vignobles, à la tendresse des siens. La déclaration de guerre va anéantir l'harmonie de cette fin d'été et jeter Léa dans le chaos de la débâcle, de l'exode, de la mort et de l'occupation nazie. Léa va être contrainte à des choix impossibles.
    La Bicyclette bleue est le premier volume d'un roman épique, une grande fresque romanesque qui se déroule entre 1939 et les années 50.

    Le charme singulier de La Bicyclette bleue : un appétit de vivre, une gourmandise des sens à la Colette... Tout pour plaire.
    Bertrand Poirot-Delpech, Le Monde.

    /> Léa, rousse, pulpeuse à souhait, une merveilleuse petite Française, si merveilleusement gourmande de tout. Ca sent les grandes vacances et le jeu des baisers dans la paille et la guerre qui arrive. Paris, la débâcle... Vite, la suite, Régine !
    Françoise Xenakis, Le Matin.

    Prix des Maisons de la Presse 1983.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

  • 2000, Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante, pragmatique, travaillant avec passion dans l'entreprise familiale de produits alimentaires. À la mort de sa mère, elle découvre que sa « vraie » grand-mère était française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces. Ce voyage à la recherche de ses origines la conduit en Normandie. En sillonnant la région, Pont-l'Evêque, Le Havre, Barfleur, Colleville, l'Américaine recueille les témoignages de ceux qui ont connu Philippine. Tout commence en 1944, quand, en faisant du marché noir à Deauville, la jeune Normande rencontre Ethan, un GI, cajun de Louisiane.
    Deux destins de femmes, deux continents, deux époques... L'une est en quête, la seconde se raconte. Gemma trouvera un nouveau sens à sa vie et comprendra comment Philippine a payé le prix de sa liberté.

  • Jean, l'enfant trouvé, a été élevé par un couple de bergers analphabètes, frustes et superstitieux. Le service militaire va heureusement le sauver de cet enfer. Avec l'aide d'un instituteur, il apprend enfin à lire et à écrire, découvre la chaleur d'un vrai foyer. Puis ce sera la « drôle de guerre » aux frontières de l'Est, et la débâcle. Le début d'une longue errance qui ramène Jean vers le Sud, jusqu'à sa rencontre avec Joseph, son ami, son double, et Dorine, un coeur simple, tombée éperdument amoureuse du jeune homme. Mais alors que la guerre se rapproche, Jean pourra-t-il échapper à son destin ?

    « Avec ce conte tragique et lumineux, Signol nous donne l'un de ses plus beaux personnages ; une silhouette désemparée, avide d'amour, toujours en quête de sens. » L'Obs « L'un de ses textes les plus lumineux. » Le Figaro.

  • Au nom de la vérité, Gemma, New-Yorkaise, a fait voler en éclats son quotidien trépidant de femme d'affaires. Sous le charme de la Normandie, elle part sur les traces de son aïeule, Philippine, grâce à ceux qui l'ont connue.
    Par amour, celle-ci a tout quitté, sa famille, sa Normandie. Pour Ethan, un beau GI rencontré à l'été 1944, Philippine a rejoint sa belle-famille en Louisiane. Passé le choc de la découverte du Nouveau Monde, le bonheur s'offrira-t-il à la jeune exilée, mariée, enceinte, loin des traditions de son pays natal ?
    Gemma veut savoir : quelle était la vie de Philippine, là-bas, à La Nouvelle-Orléans ? Pourquoi est-elle rentrée en France ? Seule ?
    Entre deux continents, deux époques, portraits croisés de deux femmes entières qui vibrent à l'unisson. Pour l'amour d'une petite fille, Lauren...

  • Pierre Gerson, grand bourgeois juif, ami des ministres, bien servi par la société, honoré, courtisé, décoré, n'est pas inquiet début 1940, en dépit des sombres menaces en provenance de l'Allemagne nazie, tant il a l'intime conviction d'être partie intrinsèque du peuple français. Sous l'ombre maréchaliste, il considère toujours que son statut social, sa guerre brillante et ses faits d'armes au service de la Nation le mettent à l'abri de toute poursuite. Bien que de nombreux amis lui suggèrent de s'expatrier, il décide qu'un Français doit rester en France et s'installe dans le Midi, à Antibes. Les événements ne vont pas tarder à bousculer ses certitudes : les lois portant statut des juifs de 1940 et 1941, la rafle du Vél' d'Hiv' et celle, plus proche de lui, de Saint-Martin-Vésubie. Pierre Gerson s'installe pourtant dans son personnage d'exilé de l'intérieur, s'efforçant de maintenir, pour sa femme et pour lui, une vie sociale, voire mondaine. L'occupation des Alpes-Maritimes par les Italiens le préserve des persécutions nazies jusqu'à la fin du régime de Mussolini, où tout bascule. La Gestapo s'empare de toute la région et procède avec une terrible brutalité à l'arrestation de tous les juifs, français ou non. Pierre Gerson prend enfin la pleine mesure de l'horreur de la situation. Plusieurs de ses amis sont arrêtés et emmenés dans des wagons à bestiaux vers des destinations inconnues. Alors, le cauchemar commence.

  • >Régine Deforges 101, avenue Henri-Martin En cet automne 1942, le domaine de Montillac a bien changé. La vie est dure. Le bonheur a fait place aux deuils, l'insouciance aux privations. Au plus noir de l'Occupation, Léa Delmas va découvrir la délation, la lâcheté, la collaboration. Ses proches vont subir les tortures, d'autres trahir. Elle va choisir farouchement le camp de la liberté : la Résistance.
    Au mépris de tout danger, dans le Paris des faux plaisirs et des vraies horreurs, elle va s'opposer à l'occupant et tenter de sauver ceux qu'elle aime... Seuls, son appétit de vivre, sa jeunesse, sa fougueuse sensualité lui permettront de tenir tête...

    On suit ses personnages avec passion et elle sait nous faire vivre ces années d'occupation, chez les résistants comme chez les collabos, dans les vignes bordelaises comme dans les rues de Paris, avec une étonnante puissance d'évocation.
    Sylvie Genevoix, Madame Figaro.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

  • Régine Deforges Le Diable en rit encore 1944 : la guerre a fini d'hésiter et chacun a choisi son camp. L'heure est venue des tueries, des règlements de comptes et des grands affrontements militaires.
    Léa a mûri. Après avoir découvert l'horreur, elle connaît le courage et la haine. Engagée dans toutes les luttes, jusqu'au bout de ses forces, elle trace son chemin volontaire de Montillac en feu à Berlin en ruine, en passant par un Paris en liesse où rôdent encore les dangers. Pendant les deux dernières années de cette guerre atroce, la mort est sa compagne et c'est en elle qu'elle puise les infimes raisons d'une vie qui aura l'éclat de l'amour.

    L'inoubliable saga inaugurée par La Bicyclette bleue comporte les titres suivants : 1. La Bicyclette bleue - 2. 101, avenue Henri-Martin - 3. Le Diable en rit encore - 4. Noir Tango - 5. Rue de la Soie - 6. La Dernière Colline - 7. Cuba libre ! - 8. Alger, ville blanche.

  • Quatre femmes face à la « drôle de guerre » Août 1939. La guerre est déclarée, et n'épargne pas Lilibeth, 36 ans, épouse et mère, comme ses amies Cécile, Maïté et Esther, liées par leur passion pour la peinture. Le conflit, qui n'en est qu'à ses prémisses, va bouleverser le quotidien de ces quatre femmes.
    Après un terrible bombardement allemand, Lilibeth décide de fuir la Bourgogne avec ses jeunes enfants et sa mère pour se réfugier dans la ferme familiale, en Bretagne. Le voyage est long et dangereux, mais par chance, elle parvient à faire escale en Sologne chez sa vieille amie Maïté qui, avec son amie styliste Diane, l'accueille pour une nuit. Avant de rejoindre la ferme des Engoulevents, elle croise, par miracle, la route de son mari dont le régiment s'apprête à partir en mission à Lorient. En cette période trouble, les périls sont encore nombreux.
    Ce premier volet d'un diptyque mêle les destins de quatre amies que la « drôle de guerre », la débâcle et l'invasion allemande de mai 1940 vont contraindre à l'exode.

  • Le 22 juin 1941, l'armée allemande se lance à l'assaut de l'Union soviétique pour ne s'arrêter qu'à la fin de l'année aux portes de Moscou. Theodor Plievier nous fait revivre cette grande épopée tragique en évoquant le sort d'une foule de personnages (soldats des deux bords, civils soviétiques, nazis et communistes), qui, happés par le tourbillon de la guerre, essaient d'échapper au carnage en retrouvant - parfois - leur humanisme.

  • Schluss ?

    Walter Kempowski

    Le Georgenhof, hiver 1945. Dans la mystérieuse propriété Prusse-Orientale cachée sous les chênes noirs, longée par un lotissement où vivent les Nazis, le maître de maison est absent. Sa rêveuse épouse, Katharina von Globig, accueille les étranges étrangers de passage comme autant de diversions : économiste, violoniste, couple de barons baltes et leur perroquet... Bientôt, elle est dénoncée et arrêtée pour avoir hébergé un Juif. Commence alors, pour les derniers habitants du manoir, une longue errance à travers l'Allemagne en ruines, tétanisée par la peur des Russes prêts à fondre sur elle. Où se tourner ? À qui se confier ? Dans quel pays fuir ? Que sauver ? Peter, 12 ans, «silencieux comme sa mère, sérieux comme son père » a choisi : il emporte avec lui son dernier cadeau de Noël, un microscope dans sa boîte. Et il scrute. Quant à Walter Kempovski, l'auteur de ce roman-fleuve, c'est au scalpel qu'il passe tout, personnages, intentions, bâtisses, pensées, arrière-pensées, époque révolue, bibelots chargés d'âme, cadavres, âmes en peine. Sebald écrivait que « personne, à ce jour, n'a écrit pour l'Allemagne le grand roman épique de la guerre et de l'après-guerre », d'où son humiliation durable. Dix ans après ces lignes, Kempowski lui donnait tort.

  • Hollywood, fin des années 1940. Lorsque Francis Hinsley, un employé modèle des studios Megalopolitan, apprend son licenciement en découvrant un inconnu assis à son bureau, il ne voit qu'une seule issue possible : la pendaison. Son jeune ami et poète, Dennis Barlow, est chargé par la communauté anglaise d'organiser les obsèques, qui devront être assez grandioses pour accueillir tout le gratin hollywoodien.
    Bijou d'humour noir, Le Cher Disparu dépeint avec une certaine cruauté l'Amérique et ses travers, et donne le ton d'une oeuvre dédiée à la critique cynique de notre civilisation.

  • Kant et la petite robe rouge Nouv.

    Une jeune femme portant la burka sous la pression de son mari découvre peu à peu son libre-arbitre. C'est le début d'une lente métamorphose vécue de l'intérieur... Une ode à la liberté émancipatrice qu'offrent le savoir et la raison face à l'ignorance et aux discours rétrogrades, mais également une ode à la féminité reconquise, à travers le symbole d'une petite robe rouge érigée en obscur objet du désir. Sous le regard des autres et reconnectée enfin au sien, Aminata chemine en tant que femme, épouse et mère, mue par l'audace nouvelle de ce rouge-cri qui vient bouleverser le cours de sa vie. Fruit d'un brassage d'origines multiples, Lamia Berrada-Berca est née en 1970 à Casablanca et vit aujourd'hui à Paris. Chasser les ombres a paru début 2021 aux éditions do. La première édition de Kant et la petite robe rouge a été publiée aux éditions La Cheminante.

  • Quatorze ans, je n'étais plus le perdreau de l'année, mais enfin une vraie jeune fille. Cinq jours par mois, je faisais partie du lot des mal fichues. J'entrais dans le clan. J'allais pouvoir connaître le saint des saints et sortir de l'obscurité. Ne plus être sans arrêt rembarrée par les grandes d'un T'es trop p'tite ! , a n'te regarde pas ! . [...] Cet été-là, on a fauché et rentré cinquante charrettes de foin sous un soleil cuisant. Et on a commencé la moisson du blé par grand beau. La tombée de la nuit, les charrettes pleines à ras bords, tirées par les chevaux comtois, se suivaient à la queue leu leu sur les chemins qui mènent dans les hameaux, au-dessus du village des Gras. On était toute une floppée à revenir des champs, sols de chaleur, la peau brûlée, le corps fourbu mais le coeur joyeux. Le sang bouillonnait dans nos veines. On avait toute la vie devant nous. On chantait à tue-tête Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? et on n'entendait pas le bruit des bottes des nazis qui écrasaient la Pologne.

  • Les histoires d'amour entre soldat français et citoyens allemands sont peu traité. À travers ce récit, Roger Albert conte les conséquences qui résulte d'un tel amour. L'armistice vient d'être signé le 22 juin à Rethondes entre les représentants du gouvernement du Maréchal Pétain et ceux du IIIe Reich vainqueur. Léandre Clergeaud pensait pouvoir rentrer chez lui en Vendée. Mais il est contraint de reprendre le train cette fois en direction de l'Allemagne. Sa haine pour les allemands est plus forte que jamais, jusqu'au jour où il rencontre Herta.

  • 15 mai 1940. Les chars allemands ont percé à Sedan. Paul Reynaud, président du Conseil, n'a d'autre choix que de se tourner vers son allié britannique, Winston Churchill, pour le supplier d'envoyer du renfort. Au même moment, à Dunkerque, Claudine Vermotte attend désespérément des nouvelles de son mari, au front depuis huit mois. Les réfugiés belges affluent dans la ville - doit-elle faire ses valises elle aussi, pour ne pas subir l'occupation allemande ? De tout son coeur, elle espère que les Français vont repousser les panzers allemands à Sedan... Sedan, où se trouve son mari. Le sergent René Vermotte combat à bord d'un B1 bis, un char de combat de 32 tonnes d'acier. Le lieutenant ardéchois Dumas, Boissier, le radiotélégraphiste du Sud-Ouest, Mérindol, le jeune pourvoyeur provençal, et Ziegelmeyer le mécanicien originaire d'Alsace, sont ses compagnons de lutte. Enfermés dans le ventre métallique de leur engin, ces cinq hommes incarnent une nation meurtrie par la Première Guerre mondiale, mais prête à se battre encore une fois pour sa survie.

    Road trip historique, de Sedan à Montpellier en passant par Compiègne et Orléans, La Bataille de France, nous fait traverser le pays à bord d'un blindé plus puissant que tout ce que possède alors l'armée allemande.
    En croisant trois visions de la guerre - celle des gouvernants, des soldats et des civils -, Éric Teyssier signe une fantastique fresque humaine. Entre témoignage historique et récit romanesque, il fait revivre six semaines de combat aussi tragiques que cruciales pour l'histoire de France.
    Inspiré de faits réels, L'an 40 rend hommage aux 65 000 soldats français tombés au terme de combats acharnés. La Bataille de France est le premier tome d'une série consacrée à la Seconde Guerre mondiale des Français.

  • Angeville. 1943. Malo, un jeune homme simple d'esprit, vit depuis des années en retrait du village, dans une cabane au milieu de la forêt. À l'arrivée des Allemands, il va recueillir Antoine, un enfant retrouvé vivant dans la tombe fraîchement creusée d'un couple de Juifs. Sur fond d'antisémitisme et d'Occupation, une relation forte va naître entre eux, dans un village confiné et divisé, où l'innocence de Malo est bien souvent trahie. Grâce à ses prédispositions pour la peinture et son instinct de protection poussé à l'extrême, Antoine va mettre des touches de couleur dans cette période noire, liant, sans le savoir, la petite et la grande Histoire.

  • Villa Air-Bel

    Bruno Leydet

    • Vanloo
    • 1 Septembre 2015

    Marseille, été 1940. Giuseppe n'en peut plus. Giuseppe est aux abois. Poursuivi par les nervis de Mario Mangravitti, soupçonné par la police pétainiste, trahi par son meilleur ami. Que va-t-il devenir dans cette ville métamorphosée en « territoire de proies terrorisées » ? Il se présente au Comité de Secours qu'a créé l'Américain Varian Fry. Oui, mais que faire quand on s'appelle Giuseppe Balbo et qu'on est comédien d'opérette marseillaise ? Artiste, Giuseppe ? Pas sûr. Intellectuel ? Encore moins. Peu de chance donc de faire partie de ceux que le Comité aide à quitter l'Europe. Pourtant, il parviendra à trouver asile dans la fameuse Villa Air-Bel, où résident certains des artistes les plus marquants de l'époque, André Breton en tête. Scènes comiques et choc culturel garantis. Confronté malgré lui aux personnalités de l'avant-garde culturelle, à leurs jeux insolites, à leurs débats jusqu'à pas d'heure, Giuseppe finira par trouver sa place auprès d'eux.et même par y rencontrer l'amour !

  • Le crépuscule d'Helga

    Jean Ducoeur

    • Amalthee
    • 16 Septembre 2020

    «?C'est un vrai coup de foudre. Cet amour, quasi impossible car la guerre va sans doute bientôt nous séparer, faut-il le vivre ? Faut-il succomber ? Quitte à sombrer secondairement dans les affres de la séparation et du chagrin ??».



    Peut-on s'aimer en étant ennemis ?

    En 1943, la France est éprouvée par l'occupation allemande qui la prive de son élan vital.

    Dans ce monde où la vie et la mort se tiennent par la main, un médecin de campagne solitaire et une supérieure de l'armée allemande succombent à une passion interdite.

    Lui, chef de la résistance.

    Elle, femme officier.

    Une liaison impossible au coeur de la Seconde Guerre Mondiale.

  • "Un jour de juin 1943, à Caluire-et-Cuire, les nazis font une prise déterminante au cabinet du docteur Dugoujon. Bien avant l'événement, les Allemands disposaient de beaucoup d'informations sur la Résistance. Certains avaient parlé sous la torture, d'autres trahi par conviction. Des documents importants avaient été saisis. Berlin possédait des organigrammes, des noms, les emplacements de nombreuses boîtes aux lettres clandestines.Tout était prêt pour une catastrophe. Jean Moulin le sentait. Elle eut lieu le 21 juin. À qui la faute ? À la fatigue des hommes usés par trois ans de lutte clandestine ? À la moindre prise de précautions ? À la faiblesse psychologique de certains ? Ou par-dessus tout, à une impatience extrême chez l'ennemi sentant l'issue prochaine ?La catastrophe se produisit donc, avec l'arrestation de Jean Moulin. Un homme était là que tout allait accuser. Son nom : René Hardy alias Didot. Sa vie mouvementée est une histoire qui se faufile entre les ombres de géants : Jean Moulin, Charles de Gaulle, Charles Delestraint et tant d'autres devenus des mythes."

  • Poète et fin lettré, le jeune François d'Aygremont vit avec sa mère Oriande à Bruxelles, capitale des XVII Provinces. Initié sous le nom de Maugis aux mystères d'une société hermétique qui remonterait à Empédocle d'Agrigente (Vème siècle avant J.C.), François étudie les belles-lettres à Oxford.
    Peu après, il est mobilisé pour repousser les Teutons, qui, entrés en guerre contre l'empire britannique et le royaume de France, ont attaqué les XVII Provinces malgré leur neutralité. Capturé avec une poignée de ses hommes, il parvient à s'évader et sème la terreur dans les forêts ardennaises.
    La capitulation des XVII Provinces met un terme à l'épopée de Maugis, qui regagne Bruxelles. Là, il entre dans un réseau clandestin dirigé par un de ses anciens professeurs, Léopold Bidez, et participe à diverses missions - renseignement et assistance aux Hébreux persécutés. Il fréquente également Aschenbach, membre dirigeant de l'Ordre Noir, qui exerce sur lui une étrange fascination et veut l'enrôler dans son ordre. Un soir, Aschenbach lui présente Machenka, captivante Russe qui gagne sa vie en chantant dans un cabaret ; François tombe aussitôt sous le charme de la jeune femme. Durant leur relation, houleuse et passionnée, François néglige ses amis, le réseau du professeur Bidez et les exercices spirituels imposés par la Phratrie.
    Qu'il fréquente le poète opiomane Genséric et le peintre Arminius, initiés séduits par les thèses teutoniques, n'est pas pour dissiper les soupçons qui pèsent de plus en plus sur lui et le discréditent aux yeux de Bidez et de sa mère. Or il est bientôt contraint de se compromettre totalement : Machenka révèle aux forces d'occupation l'engagement clandestin d'Oriande, qui risque la déportation. François accepte la mission que lui confie Aschenbach en échange de sa protection pour Oriande : il se rend en Irlande neutre pour consulter la prophétesse d'Aran sur le sort des Teutons. Cette dernière refuse de répondre mais le libère de l'emprise maléfique d'Aschenbach et lui fait accomplir une descente aux enfers, d'où il remonte transfiguré.
    Il est désormais Maugis l'Enchanteur, un devin aux grands pouvoirs. À la libération, il doit s'expatrier. Après un bref séjour dans un monastère, à Rome, et quelques mois en Inde, il gagne une lamaserie du Tibet pour y parfaire ses connaissances.

  • La servante de Degrelle

    Simone Korkus

    • Luc pire
    • 25 Février 2020

    Hannah Nadel est juive. Lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate, c'est au service de la soeur de Léon Degrelle, leader du mouvement d'extrême droite Rex, que la jeune fille officie comme servante, échappant ainsi à la déportation.
    Simone Korkus a rencontré ceux qui ont sauvé la vie d'Hannah et révèle ainsi cette histoire incroyable, qui met aussi en lumière les nombreuses zones d'ombre de la guerre.
    En reconstruisant la vie d'Hannah et en découvrant les secrets de la famille, l'auteure se heurte à ses propres préjugés. Quand nous portons le regard sur les autres et jugeons leurs comportements, où se situe réellement la vérité ?

  • "La guerre éclate en 1939 et avec elle, les espoirs et les rêves d'Anna s'envolent vers l'oubli. Une vie semée d'horreurs mais aussi d'amour lorsqu'elle croise le regard d'Adam, un soldat polonais engagé dans la Wehrmacht. A deux, ils s'impliquent dans la Résistance jusqu'au 6 juin 1944, jour du débarquement synonyme d'espoir pour les Français. Anna pensait naïvement que l'heure de la délivrance avait enfin sonné mais la réalité est tout autre..."

  • Les terres bleues

    Marie de Palet

    Par une froide journée de neige, Célestine est retrouvée morte, étranglée. Elle était enceinte. C'est l'effervescence au village: tout indique que le coupable est quelqu'un d'ici. Pour éviter que les gendarmes ne viennent mettre leur nez dans les affaires de la commune, Auguste, le maire, décide de dissimuler le crime. Après tout, Célestine n'avait pas de famille... La vie reprend son cours, Auguste se montre de plus en plus entreprenant auprès de Victoire, la servante, qui ne sait comment se défendre. Jusqu'à l'arrivée de Prosper...

empty