Sexualité / Genres

  • 13 février 2019. Ce jour, pour Béatrice, est une seconde naissance. Il marque le moment où son corps est enfin en adéquation avec celle qu'elle est, celle qu'elle a toujours été - une femme.
    Née Bruno, elle a vécu sous cette identité jusqu'à sa soixantaine, conjuguant vie professionnelle et vie familiale comme fils, frère, époux, père, puis grand-père. Cependant, d'aussi loin qu'il se souvienne, Bruno a toujours ressenti une forme de mal-être, d'étrangeté à son propre corps, de différence : au fond de lui, il se sent femme, et sait qu'il est né dans le mauvais corps.
    Au lendemain de l'opération qui a changé sa vie, Béatrice commence ainsi le récit de ce long cheminement de souffrances, d'interrogations, de doutes, parfois de désespoir, avant de découvrir, grâce à internet, sa dysphorie de genre, puis de prendre la décision de s'engager dans un processus de transition.
    Né d'une volonté irrépressible de témoigner, ce texte généreux montre que la transidentité n'est ni un choix ni une lubie. Il offre un aperçu de ce que peuvent être la transidentité et le parcours de vie des personnes trans et de leurs proches, avec l'espoir, une fois l'esprit et le corps réconciliés, de pouvoir enfin vivre, et s'aimer.

  • Une emprise

    Elsa Andry

    • Blanche
    • 7 Janvier 2021

    Une emprise, c'est l'histoire d'une jeune femme comme on en connaît tous, enjouée, curieuse et sexy, aux yeux qui brillent à en faire pâlir la lune.

    Ces jeunes créatures portent en elles l'infini des possibles. Mais cela ne va pas sans provoquer chez certains hommes des pulsions terribles. Ceux-là sont prêts à tout pour s'accaparer un peu de leur magie. C'est ainsi que, sous couvert de désirs, de sentiments et de manipulation, ils vont impunément abuser d'elles, les piller et les avaler. Et lorsqu'ils sont bien certains d'en avoir bu toute la sève et d'en être repu, ils se débarrassent de leur cadavre, sans autre forme de procès.

    C'est à cette passion destructrice et sans issue que nous convie Elsa Andry, en analysant avec lucidité et honnêteté cette forme de schizophrénie entre plaisirs et destruction, acceptation et révolte, haine et amour...

    Un témoignage d'une grande lucidité qui éclaire sur les mécanismes qui se mettent en jeu dans une emprise amoureuse.

  • Comme le dit si bien Simone de Beauvoir « on ne naît pas femme, on le devient ». J'ai attendu 53 ans pour devenir celle que je suis aujourd'hui. Un processus long, parfois douloureux mais extraordinaire d'amour, de partage et de soutien. Ma transition d'homme vers femme, je l'ai choisie du début à la fin, ma particularité étant d'effectuer ce changement du jour au lendemain. Je suis entrée à l'hôpital en tant qu'homme et en suis ressortie cinq jours plus tard en tant que femme. J'ai l'audace de croire que ce livre pourra aider d'autres personnes dans la même situation, des parents, des proches, des amis. Leur donner une nouvelle vision de ce que les personnes dysphoriques du genre vivent.

  • Faut-il rêver sa vie ou vivre ses rêves ?
    Le libertinage et l'échangisme constituent une tendance sociétale récurrente. Les années 1970 ont fait frissonner avec « Emmanuelle » et « Histoire d'O ». « Cinquante Nuances de Grey » a, plus récemment, fait fantasmer la planète...
    La mode des clubs privés non-conformistes spécialisés, la libéralisation des moeurs favorisée par Internet, le porno-chic enfin ont déghettoïsé le milieu qui reste pourtant mystérieux et constitue une insondable fabrique de fantasmes.
    Malgré des protestations récurrentes de franchise, de confiance, d'amour, sautent aux yeux du lecteur les failles de ces êtres - femmes, hommes, couples - en quête de sens, qui jouent avec le feu, et souvent se brûlent...
    Les témoignages intimes réunis ici lèvent le voile sur ces pratiques obscures rarement avouées. Cela rend d'autant plus précieuses les anecdotes toujours croustillantes et souvent cocasses confiées ici, qui lèvent le voile sur des pratiques secrètes et pourtant répandues.
    Tous confient les plaisirs qu'ils ont découverts, leurs attentes intimes, leurs bonheurs et leurs déceptions, la lassitude qui les saisit parfois dans leur quête de séduction et dans cette recherche de sens solitaire ou partagée en couple.

  • « Vous voulez savoir comment c'est d'être une actrice porno ? Accrochez-vous, parce que je ne vais pas tourner autour du pot. » C'est ainsi que commence l'autobiographie sans concession de Monica Mayhem, actrice porno et fière de l'être. Avec un ton amusant et d'une sincérité désarmante, elle révèle les moindres détails de son succès à Los Angeles, la capitale mondiale de la pornographie. Comment une fille dont on se moquait à l'école et qui faisait une carrière respectable dans les marchés financiers de Sydney et de Londres a-t-elle fini par tourner plus de 400 films X, remporter de nombreuses récompenses, et même obtenir un rôle dans Sex and the City, le film ? Ces Confessions intimes d'une porn star lèvent le voile sur l'incroyable vie professionnelle de Monica, pleine de sexe, de rock, et de bien plus encore, et sur la personne qu'elle est en privé.

  • Les fiertés d'un fils

    François

    Ces dialogues largement autobiographiques d'une mère âgée avec son fils nous font revivre les vies débordantes de trois générations de deux familles sarthoises au cours du XX° siècle. Une enfance très gâtée, une épouse adorée et indépendante, une mère exigeante, une femme attachante qui se livre au seuil de sa vie.
    Nous y découvrons l'origine de la fortune du patriarche, les difficultés de la guerre à « l'arrière », les joies et les déchirements autour d'un château et des héritages, la brillante carrière d'un cadre de la finance, l'insouciance de parents pour transmettre des biens matériels à leurs enfants, les tourments de ces derniers pour leur mère devenue veuve prématurément.
    Mais aussi, on retrouve dans ces dialogues sans pudeur les doutes et les hésitations du fils aîné quant à sa sexualité. Sa volonté de s'assumer et de réussir sa vie sont autant d'exemples pour tous ces jeunes qui se cherchent, ainsi que leurs familles, lorsqu'ils prennent conscience de leur différence.
    Pas de femme de « circonstance », pas d'enfants « d'adoption », pas de nombreux amants.
    Ce livre est un témoignage de la façon dont on peut vivre avec bonheur et succès son homosexualité tout en restant ouvert et engagé dans le monde.
    C'est également l'histoire de deux familles bourgeoises avec ses moments de bonheur mais aussi de douleurs.

  • L'auteur et son épouse se sont mariés le 29 avril 1978. Il avait 23 ans, elle en avait 19. Le sexe a toujours occupé une place importante dans leur vie. Mais, à partir de 2012, âgé de 57 ans, il commença à avoir des doutes au sujet de sa virilité. Sur plusieurs plans, un affaiblissement était indéniable.

    La solution de son médecin, à savoir la prise de médicaments, ne lui convenait pas et, pour cause, cette thérapie ne soignait pas l'origine du mal.

    Quelques mois plus tard, alors qu'ils regardaient avec son épouse les photos de leurs dernières vacances, un choc se produisit dans son esprit : il comprit qu'il devait changer de mode de vie. Cette décision permit à leur sexualité d'atteindre des sommets inimaginables en quelques mois.

    Cette démarche personnelle l'a par la suite incité à mener des recherches, qui ont dévoilé les pièges subtils que nous tend la société de consommation. Après avoir lu ce livre, le lecteur sera nécessairement confronté à un choix crucial.

  • Quand les Anglais débarquent dans nos culottes, c'est la galère !
    Une galère aussi vieille que le monde.
    Un calvaire mensuel (environ 500 fois dans sa vie de nana !) Le sujet est dégueu et pourtant : ce n'est que de la science. De la biologie qui permet à l'être humain de se reproduire. Un truc énorme tant dans notre vie de femme que dans l'Histoire de l'humanité.
    Et pourtant, gros paradoxe : c'est un sujet largement tu !

    Ce livre fait la promesse :
    - de tordre le coup aux a priori et aux croyances erronées.
    - de répondre à toutes les questions. Pourquoi ça fait mal ? D'où me viennent ces envies de meurtres ? Suis-je normale ? On est obligée de les « avoir » ? Tampons ou serviettes ? C'est quoi la coupe menstruelle ?
    - de célébrer la féminité.

    Parce que les ragnagnas (il faut cesser d'en douter) c'est un super pouvoir féminin. Girl power !

empty