• Sade est prisonnier. Il accumule les contes et nouvelles, dans une réflexion sur le sens du mal. En 1800, il publie onze récits sous le titre Crimes de l'amour, nouvelles héroïques et tragiques. Il les complète par des contes légers ou bizarres, qui paraîtront après sa mort : les Contes étranges. Ils regroupent des historiettes, qui relèvent de l'inspiration licencieuse propre aux conteurs de la Renaissance, et des contes et fabliaux, qui seraient les inventions d'un troubadour du XVIIIe siècle. Ces récits courts ne sont pas de simples essais en vue des grands romans. Ils constituent le pôle nécessaire d'une création romanesque qui fonctionne entre réalité et imaginaire, entre demande d'indulgence et revendication de l'outrance. Ils racontent la discordance du désir avec l'ordre social, de la réalité vécue avec les théories. Ils cartographient nos désirs comme nos hantises.

  • Une épouse trompée qui se masque, passant ainsi pour une belle inconnue, pour raviver le désir de son mari ; un abbé qui inculque à son jeune élève les rudiments d'une théologie fort originale, en sollicitant corps et âme une délicieuse jeune fille du voisinage... Une galerie de personnages hauts en couleur qui font éclater le carcan des bienséances avec audace et bonne humeur.

    Neuf contes grivois et joyeux célébrant dans une langue irrésistible les plaisirs des sens et le renouveau du désir.

  • Une édition de référence des Infortunes de la vertu du Marquis de Sade, spécialement conçue pour la lecture sur les supports numériques.
    « Nos libertins voulurent pour parfaire leur impiété que Florette parût au souper dans les mêmes vêtements qui lui avaient attiré tant d'hommages, et chacun d'eux enflamma ses odieux désirs à la soumettre sous ce costume à l'irrégularité de ses caprices. Irrités de ce premier crime, les monstres ne s'en tinrent pas là ; ils l'étendirent ensuite nue à plat ventre sur une grande table, ils allumèrent des cierges, ils placèrent l'image de notre sauveur à sa tête et osèrent consommer sur les reins de cette malheureuse le plus redoutable de nos mystères. Je m'évanouis à ce spectacle horrible, il me fut impossible de le soutenir. Raphaël, voyant cela, dit que pour m'y apprivoiser, il fallait que je servisse d'autel à mon tour. On me saisit, on me place au même lieu que Florette et l'infâme Italien, avec des épisodes bien plus atroces et bien autrement sacrilèges, consomme sur moi la même horreur qui venait de s'exercer sur ma compagne. »

  • Un extrait de La Philosophie dans le boudoir mit en lumière pour en saisir toute l'importance
    Français, encore un effort si vous voulez être républicains est un extrait de La Philosophie dans le boudoir, ensemble de dialogues publiés anonymement en 1795. S'il n'est pas une oeuvre à part entière, c'est un manifeste politique inséré dans le Cinquième dialogue.
    Articulé autour de deux thèmes, « La religion » et « Les moeurs », Sade reprend succinctement les idées contenues dans le roman en posant les bases d'un nouveau contrat social. Il y déploie une argumentation marquée par un athéisme et un matérialisme ravageurs, et critique impitoyablement toute contrainte sociale, morale ou politique qui tend à s'opposer à la volonté de l'individu. Ce qui l'amène notamment à promouvoir la libération sexuelle des femmes et à réfuter toute condamnation de l'homosexualité. « Est-il possible d'être assez barbare pour oser condamner à mort un malheureux individu dont tout le crime est de ne pas avoir les mêmes goûts que vous ? ».
    Sade discourt avec la même liberté sur l'avidité, le vol et l'assassinat, l'adultère ou l'inceste. Il convient alors de rappeler que le refus vigoureux de toute forme de contrainte a parfois mené l'auteur sur des chemins de traverse que le marquis ne pratiqua jamais. D'une portée universelle, Français, encore un effort si vous voulez être républicains propose des réponses radicales à des questions toujours d'actualité : religion, sexualité, liberté individuelle, conventions sociales... transgression, interdits !
    Sade nous exhorte à jouir rageusement de notre liberté dans tous les domaines. Il espère ainsi parvenir à une forme d'utopie libertaire, basée sur un compromis social que chacun peut dénoncer ou renouveler à tout moment. On peut adhérer à sa vision, à certaines de ces idées ou les rejeter totalement, le débat reste ouvert...
    Sade nous offre une ode à la liberté de penser avec une plume bien acérée
    EXTRAIT
    Je viens offrir de grandes idées : on les écoutera, elles seront réfléchies ; si toutes ne plaisent pas, au moins en restera-t-il quelques-unes ; j'aurai contribué en quelque chose au progrès des lumières, et j'en serai content. Je ne le cache point, c'est avec peine que je vois la lenteur avec laquelle nous tâchons d'arriver au but ; c'est avec inquiétude que je sens que nous sommes à la veille de le manquer encore une fois. Croit-on que ce but sera atteint quand on nous aura donné des lois ? Qu'on ne l'imagine pas. Que ferions-nous de lois, sans religion ? Il nous faut un culte et un culte fait pour le caractère d'un républicain, bien éloigné de jamais pouvoir reprendre celui de Rome.


  • 'Justine' was the Marquis de Sade's first novella, written in 1787, whilst imprisoned for two weeks in the Bastille. Although published anonymously, de Sade was eventually indicted for blasphemy and obscenity (without trial) for the authorship of 'Justine' at the behest of Napoleon Bonaparte.

  • L'Instituteur
    philosophe


    De
    toutes les
    sciences qu'on inculque dans la tête d'un
    enfant lorsqu'on travaille à son
    éducation, les mystères du christianisme, quoique
    une des plus sublimes parties
    de cette éducation sans doute, ne sont pourtant celles qui
    s'introduisent avec
    le plus de facilités dans son jeune esprit. Persuader par
    exemple à un jeune
    homme de quatorze ou quinze ans que Dieu le père et Dieu le
    fils ne sont qu'un,
    que le fils est consubstantiel à son père et que
    le père l'est au fils, etc.,
    tout cela, quelque nécessaire néanmoins que cela
    soit au bonheur de la vie, est
    plus difficile à faire entendre que de
    l'algèbre, et lorsqu'on veut y
    réussir,
    on est obligé d'employer de certaines tournures
    physi-ques, de certaines
    explications matérielles qui, toutes
    dispro-portionnées qu'elles sont,
    facilitent pourtant à un jeune homme
    l'intelligence de l'objet mystérieux.
    Personne
    n'était plus profondément
    pénétré de cette méthode
    que M. l'abbé Du Parquet,
    précepteur du jeune comte de Nerceuil,
    âgé d'environ quinze ans et de la plus
    jolie figure qu'il fût possible de voir.
    -
    M. l'abbé,
    disait journellement le petit comte à son instituteur, en
    vérité la
    consubstantialité est au-dessus de mes forces, il
    m'est absolument impossible
    d'entendre que deux personnes puissent n'en faire
    qu'une : développez-moi
    ce mystère, je vous en conjure, ou mettez-le du moins
    à ma portée.
    L'honnête
    abbé, envieux de réussir dans son
    éducation, content de pouvoir faciliter à son
    élève tout ce qui pouvait en faire un jour un
    joli sujet, imagina un moyen
    assez plaisant d'aplanir les difficultés qui
    embarrassaient le comte, et ce
    moyen pris dans la nature devait nécessairement
    réussir. Il fit venir chez lui
    une petite fille de treize à quatorze ans et ayant bien
    éduqué la mignonne, il la
    conjoint à son jeune élève.
    -
    Eh bien,
    lui dit-il, à présent, mon ami, concevez le
    mystère de la consubstantialité :
    comprenez-vous avec moins de peine qu'il est possible que
    deux personnes n'en
    fassent qu'une ?

  • Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;'Senneval, you see in me your sister, the girl you seduced at Nancy, the woman who murdered your son, the wife of your own father and the ignoble creature who sent your mother to the gallows...'

    Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. Sade's villains will stop at nothing to satisfy their depraved passions, and they in turn suffer under the thrall of love.

    Psychologically astute, and defiantly unconventional, these stories show Sade at his best. A skilled and artful storyteller, he is also an intellectual who asks questions about society, about ourselves, and about life, for which we have yet to find the answers. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;[An] excellent new edition... A recommended introduction to the Sadean oeuvre for anyone genuinely interested in the ideas that won him enduring notoriety. - Ruth Scurr, Times Literary Supplement

  • Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;'Senneval, you see in me your sister, the girl you seduced at Nancy, the woman who murdered your son, the wife of your own father and the ignoble creature who sent your mother to the gallows...'

    Who but the Marquis de Sade would write, not of the pain, tragedy, and joy of love but of its crimes? Murder, seduction, and incest are among the cruel rewards for selfless love in his stories; tragedy, despair, and death the inevitable outcome. Sade's villains will stop at nothing to satisfy their depraved passions, and they in turn suffer under the thrall of love.

    Psychologically astute, and defiantly unconventional, these stories show Sade at his best. A skilled and artful storyteller, he is also an intellectual who asks questions about society, about ourselves, and about life, for which we have yet to find the answers. This new selection includes 'An Essay on Novels', Sade's penetrating survey of the novelist's art. - ;[An] excellent new edition... A recommended introduction to the Sadean oeuvre for anyone genuinely interested in the ideas that won him enduring notoriety. - Ruth Scurr, Times Literary Supplement


  • Justine est une jeune fille qui veut préserver son intégrité morale mais elle trouve toujours des personnes méchantes qui veulent profiter d'elle et la conduire à la dépravation. Elle symbolise la vertu fragile qui doit faire face au vice. Bien qu'elle doive être récompensée par son effort, elle reçoit des coups et humiliations partout. Au contraire, les libertins que le maltraitent obtiennent des récompenses. À ce roman Sade montre sa misanthropie et la société débauchée du fin du XVIIIe siècle, ou la vertu était beaucoup plus chère que la vertu.

  • Juliette

    Marquis De Sade

    Comprend 35 illustrations - 130 notes de bas de page - Environ 1626 pages au format Ebook. Sommaire interactif avec hyperliens.
    L'Histoire de Juliette, ou les Prospérités du vice est un roman érotique du marquis de Sade, publié en 1801.
    Il forme une sorte de suite à l'histoire Justine ou les Malheurs de la vertu et conte l'histoire de Juliette, la soeur et le contraire exacte de Justine. La publication de ces deux ouvrages a valu à leur auteur son arrestation sur ordre par Napoléon et son incarcération sans procès à l'asile de Charenton durant les treize dernières années de sa vie.
    Alors que, dans les Malheurs de la vertu, Justine n'obtient, pour tout prix de sa vertu, que des injustices et des sévices répétés, Juliette est au contraire une nymphomane amorale dont les entreprises lui valent le succès et le bonheur.
    De même que la plume et l'imagination morbide de Sade se sont affermies dans ce second volume, de même ses développements anarchistes et philosophiques ont gagné en profondeur et en subtilité. Ce qui ne semble avoir été qu'un jeu intellectuel dans Justine devient une forme de militantisme sophistiqué dans Juliette.




  • Ce livre numérique présente 10 Oeuvres du Marquis de Sade (Classiques de l'érotisme BDSM) avec une table des matières dynamique et détaillée et des notes interactives.


    Le Marquis de Sade - Donatien Alphonse François de Sade, né le 2 juin 1740 et mort le 2 décembre 1814, est un homme de lettres, romancier, philosophe et révolutionnaire français, longtemps voué à l'anathème en raison de la part accordée dans son oeuvre à l'érotisme, associé à des actes impunis de violence et de cruauté (fustigations, tortures, meurtres, incestes, viols, etc.). L'expression d'un athéisme virulent est l'un des thèmes les plus récurrents de ses écrits.


    Détenu sous tous les régimes politiques (monarchie, république, consulat, empire), il est resté enfermé - sur plusieurs périodes, pour des raisons et dans des conditions fort diverses - pendant vingt-sept ans sur les soixante-quatorze années que dura sa vie. Il meurt à l'asile d'aliénés de Charenton Saint Maurice.


    De son vivant, les titres de « marquis de Sade » ou de « comte de Sade » lui ont été alternativement attribués, mais il est plus connu par la postérité sous son titre de naissance de marquis. Dès la fin du 19ème siècle, il est surnommé le « divin marquis », en référence au « divin Arétin », premier auteur érotique des temps modernes (16ème siècle).


    Occultée et clandestine pendant tout le 19ème siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au 20ème siècle par Jean-Jacques Pauvert qui le sort de la clandestinité en publiant ouvertement ses oeuvres sous son nom d'éditeur, malgré la censure officielle dont il triomphe par un procès en appel en 1957. La dernière étape vers la reconnaissance est sans doute représentée par l'entrée de Sade dans la Bibliothèque de la Pléiade en 1990. Son nom est passé à la postérité sous forme de substantif. Dès 1834, le néologisme « sadisme », qui fait référence aux actes de cruauté décrits dans ses oeuvres, figure dans un dictionnaire ; le mot finit par être transposé dans toutes les langues.




    Contenu:

    1782 - Dialogue entre un prêtre et un moribond

    1785 - Historiettes, contes et fabliaux


    1785 - Les Cent Vingt Journées de Sodome, ou l'École du libertinage


    1787 - La Vérité


    1787 - Les infortunes de la Vertu


    1791 - Justine ou les Malheurs de la vertu - I


    1791 - Justine ou les Malheurs de la vertu - II


    1795 - Aline et Valcour - Tome I


    1795 - Aline et Valcour - Tome II


    1795 - La Philosophie dans le Boudoir


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - I


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - II


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - III


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - IV





  • Ce livre numérique présenteToutes les Oeuvres Majeures du Marquis de Sade avec une table des matières dynamique et détaillée et des notes interactives.


    Le Marquis de Sade - Donatien Alphonse François de Sade, né le 2 juin 1740 et mort le 2 décembre 1814, est un homme de lettres, romancier, philosophe et révolutionnaire français, longtemps voué à l'anathème en raison de la part accordée dans son oeuvre à l'érotisme, associé à des actes impunis de violence et de cruauté (fustigations, tortures, meurtres, incestes, viols, etc.). L'expression d'un athéisme virulent est l'un des thèmes les plus récurrents de ses écrits.


    Détenu sous tous les régimes politiques (monarchie, république, consulat, empire), il est resté enfermé - sur plusieurs périodes, pour des raisons et dans des conditions fort diverses - pendant vingt-sept ans sur les soixante-quatorze années que dura sa vie. Il meurt à l'asile d'aliénés de Charenton Saint Maurice.


    De son vivant, les titres de « marquis de Sade » ou de « comte de Sade » lui ont été alternativement attribués, mais il est plus connu par la postérité sous son titre de naissance de marquis. Dès la fin du 19ème siècle, il est surnommé le « divin marquis », en référence au « divin Arétin », premier auteur érotique des temps modernes (16ème siècle).


    Occultée et clandestine pendant tout le 19ème siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au 20ème siècle par Jean-Jacques Pauvert qui le sort de la clandestinité en publiant ouvertement ses oeuvres sous son nom d'éditeur, malgré la censure officielle dont il triomphe par un procès en appel en 1957. La dernière étape vers la reconnaissance est sans doute représentée par l'entrée de Sade dans la Bibliothèque de la Pléiade en 1990. Son nom est passé à la postérité sous forme de substantif. Dès 1834, le néologisme « sadisme », qui fait référence aux actes de cruauté décrits dans ses oeuvres, figure dans un dictionnaire ; le mot finit par être transposé dans toutes les langues.

    Contenu
    1782 - Dialogue entre un prêtre et un moribond

    1785 - Historiettes, contes et fabliaux


    1785 - Les Cent Vingt Journées de Sodome, ou l'École du libertinage


    1787 - La Vérité


    1787 - Les infortunes de la Vertu


    1791 - Justine ou les Malheurs de la vertu - I


    1791 - Justine ou les Malheurs de la vertu - II


    1795 - Aline et Valcour - Tome I


    1795 - Aline et Valcour - Tome II


    1795 - La Philosophie dans le Boudoir


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - I


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - II


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - III


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - IV


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - V


    1801 - Histoire de Juliette ou les prospérités du Vice - VI


    1881 - Dorci, ou la Bizarrerie du sort

  • The Marquis de Sade's first book is an account of Eugenie's education by two libertines. The girl is finally so well-trained, she quite happily watches the rape of her own mother. Actually, the title is a comedy, and is generally considered de Sade's funniest work.

  • A group of amoral libertines retire to a sealed chateau with an entourage of innocent victims, all of whom are murdered in ways both sexual and Byzantine. De Sade's taste for death and torture may have exceeded the strength of his writing hand, as after many pages of exquisitely detailed sexual mayhem, he begins to dispatch the cast in wholesale lots. Still, the work can inspire fantasies and much thought..

  • Sade a fait de sa sexualité une éthique, qu'il a manifestée dans une oeuvre littéraire. C'est par ce mouvement réfléchi de sa vie d'adulte qu'il a conquis sa véritable originalité. L'ouvrage se présente comme une série de dialogues retraçant l'éducation érotique et sexuelle d'une jeune fille de 15 ans. Une libertine, Mme de Saint-Ange, veut initier Eugénie «dans les plus secrets mystères de Vénus». Elle est aidée en cela par son frère (le chevalier de Mirvel), un ami de son frère (Dolmancé) et par son jardinier (Augustin). Avis donné sur ce texte par la correctrice qui l'a préparé: Il est intéressant de voir comment, en partant de postulats semblables (un matérialisme athée, pour simplifier), on arrive à des thèses complètement divergentes. Car mon éthique personnelle, comme celle de beaucoup de gens fort heureusement, m'interdit le viol, le meurtre, la torture, toutes choses que Sade justifie allègrement à longueur de pages. Il est amusant aussi de voir les méthodes qu'il utilise pour défendre ses propres goûts (je n'ai jamais lu un tel éloge de la sodomie), l'hypocrisie derrière laquelle il masque sa misogynie, son besoin pathologique de transgresser pour jouir. C'est d'ailleurs une contradiction essentielle chez lui, puisque la morale qu'il défend tuerait la source de son plaisir si elle venait à s'imposer. Reste que son propos est souvent redondant - ce défaut est cependant propre à nombre de livres à thèse -, que certains échanges frisent le ridicule et qu'on finit par s'ennuyer ferme. Mais ce n'en est pas moins une lecture dérangeante, il est stimulant de penser contre Sade, ce qui est une raison suffisante pour ne pas le brûler...

  • « Justine ou Les Malheurs de la vertu » est le premier ouvrage du Marquis de Sade publié de son vivant, en 1791. Il paraît un an après que le Marquis a été rendu à la liberté par la Révolution et l'abolition des incarcérations sans jugement.

    Cette oeuvre emblématique offre à voir partout le Vice triomphant et la Vertu victime de ses sacrifices. Elle met en scène Justine, orpheline renvoyée du couvent, comme une infortunée errant de malheurs en malheurs, sujette à toutes les débauches, aux goûts les plus barbares et les plus monstrueux de tout ceux qui la croisent. « Chef-d'oeuvre de corruption » sans cesse réécrit, les scènes d'orgies du roman donnent place à de longues dissertations morales et philosophiques d'athéisme et d'immoralisme.

    LUST Classics est une collection de classiques de la littérature érotique. Les oeuvres qui la composent ont été sélectionnées en raison de leur apport historique majeur au genre et ce malgré des contenus parfois susceptibles de choquer et d'être polémiques.



    Donatien Alphonse François de Sade (1740-1814) est un romancier français dont l'écriture est caractérisée par une liberté et une audace sans doute jamais atteintes dans le reste de la littérature. Son nom est passé à la postérité en 1834 sous le néologisme « sadisme », qui fait référence aux actes de cruauté décrits dans ses oeuvres. Interdites et diabolisées pendant tout le XIXe siècle, elles relatent des fantasmes sexuels sans limites. Son goût pour la luxure poussée à l'extrême lui vaudra un total de vingt-sept années en prison ou en asile pour « débauche outrée ».

  • Aline et Valcour
    Marquis de Sade
    Sade a écrit cette oeuvre dans les années 1780 alors qu'il était incarcéré à la Bastille. Ce roman est le premier des ouvrages de Sade à avoir été publiés sous son vrai nom. Aline et Valcour est un roman qui combine la technique du roman épistolaire avec celle du récit rétrospectif. Le récit principal est raconté sous forme d'échange de lettres entre les différents personnages ; son objet est l'amour vertueux entre Aline et Valcour que la mère d'Aline, sensible et vertueuse, approuve mais que le père d'Aline, libertin et matérialiste, poursuit de la manière la plus cruelle. Deux longs récits d'aventure se trouvent enchâssés dans cet échange de lettres ; ce sont les récits que Sainville et sa compagne Léonore font de leurs années d'errances à travers l'Europe du sud et la plus grande partie de l'Afrique. Source Wikipédia.
    D'autres ouvrages de cette collection vous attendent. Tapez "Le divin abricot" dans la zone de recherche de votre libraire virtuel.

  • La philosophie dans le boudoir
    Marquis de Sade
    L'ouvrage se présente comme une série de dialogues retraçant l'éducation érotique et sexuelle d'une jeune fille. Une libertine, Mme de Saint-Ange, veut initier Eugénie « dans les plus secrets mystères de Vénus ». Elle est aidée en cela par son frère (le chevalier de Mirvel), un ami de son frère (Dolmancé) et par son jardinier (Augustin).
    Le livre n'est pas qu'une longue description de gestes et d'actions. Il est construit (surtout le troisième dialogue) sur l'alternance entre dissertation philosophique et application concrète des préceptes évoqués. La théorie alterne avec la pratique. Source Wikipédia

  • Justine ou les Malheurs de la vertu
    Marquis de Sade
    Justine ou les Malheurs de la vertu est le premier ouvrage du marquis de Sade publié de son vivant, en 1791, un an après avoir été rendu à la liberté par la Révolution et l'abolition des lettres de cachet. Résumé : Vers 1775, Justine, renvoyée à douze ans du couvent parce qu'elle est soudain devenue orpheline et pauvre, mène, à Paris, une vie de misère et de combats pour sa vertu. Faussement accusée de vol par son maître, l'usurier Du Harpin, elle s'évade à seize ans de la Conciergerie, mais c'est pour courir au-devant d'un viol dans la forêt de Bondy. Source Wikipédia.


    D'autres ouvrages de cette collection vous attendent. Tapez "Le divin abricot" dans la zone de recherche de votre libraire virtuel.

  • Les Infortunes de la vertu
    Marquis de Sade
    Les Infortunes de la vertu est un conte philosophique de Sade, écrit en 1787.
    L'ouvrage est écrit entre le 23 juin et le 8 juillet 1787, alors que Sade est emprisonné dans la tour de la Liberté à la Bastille.
    Justine ou les Malheurs de la vertu, publiée en 1791, est la seconde version de cette histoire, qui sera elle-même suivie d'une troisième version, La Nouvelle Justine ou les Malheurs de la vertu, publiée en 1799.
    Le prénom de l'héroïne, Justine, est celui qui avait été donné à Catherine Trillet, domestique au château de La Coste en 1776.
    Le manuscrit des Infortunes de la vertu a été mis au jour en 1909 par Guillaume Apollinaire et a été publié pour la première fois en 1930. Source Wikipedia.

  • BnF collection ebooks - "Ce fut au couvent de Panthemont que Justine et moi fûmes élevées. Vous connaissez la célébrité de cette abbaye, et vous savez que c'était de son sein que sortaient depuis bien des années les femmes les plus jolies et les plus libertines de Paris. Euphrosine, cette jeune personne dont je voulus suivre les traces, qui, logée dans le voisinage de mes parents, s'était évadée de la maison paternelle, pour se jeter dans le libertinage, avait été ma compagne..."Cet ePub reproduit l'édition originale de 1797, les illustrations, à caractère pornographique, peuvent heurter la sensibilité des lecteurs.BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • Découvrez une facette modérée et amusante du « Divin Marquis » dans ces récits divertissants !
    POUR UN PUBLIC AVERTI. Écrit en 1788 alors que Sade était emprisonné à la Bastille et paru pour la première fois en 1926, Historiettes, contes et fabliaux est un recueil se composant de récits très courts où les histoires galantes se mêlent à des thèmes utilisés depuis le Moyen Âge. Ainsi, les contes « Cocu de lui-même » ou « Il y a place pour deux » suivent une nouvelle plus longue, « Le Président mystifié », le récit burlesque des aventures d'un président de la cour d'Aix.
    Malheureusement, la censure exercée par Napoléon a fait disparaître de nombreux manuscrits de Sade, alors que d'autres ont été perdus après sa mort.
    À l'instar des Contes en vers de La Fontaine, Sade rassemble en prose des histoires galantes et parfois moralisatrices.
    EXTRAIT
    L'Époux complaisant
    Toute la France a su que le prince de Bauffremont avait à peu près les mêmes goûts que le cardinal dont on vient de parler. On lui avait donné en mariage une demoiselle très novice, et que, suivant la coutume, on n'avait instruite que la veille.
    - Sans plus d'explication, dit la mère, la décence m'empêchant d'entrer dans de certains détails, je n'ai qu'une seule chose à vous recommander, ma fille, méfiez-vous des premières propositions que vous fera votre mari, et dites-lui fermement : Non, monsieur, ce n'est point par là qu'une honnête femme se prend, partout ailleurs autant qu'il vous plaira, mais pour là, non certainement...
    On se couche, et par un principe de pudeur et d'honnêteté qu'on avait été loin de soupçonner, le prince, voulant faire les choses en règle au moins pour la première fois, n'offre à sa femme que les chastes plaisirs de l'hymen : mais la jeune enfant bien éduquée, se ressouvenant de sa leçon :
    - Pour qui me prenez-vous, monsieur, lui dit-elle, vous êtes-vous imaginé que je consentirais à de telles choses ? Partout ailleurs autant qu'il vous plaira, mais pour là, non certainement.
    - Mais, madame...
    - Non, monsieur, vous avez beau faire, vous ne m'y déciderez jamais.
    - Eh bien, madame, il faut vous contenter, dit le prince en s'emparant de ses autels chéris, je serais bien fâché qu'il fût dit que j'aie jamais voulu vous déplaire. Et qu'on vienne nous dire à présent que ce n'est pas la peine d'instruire les filles de ce qu'elles doivent un jour à leur époux.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Donatien Alphonse François de Sade, alias le Marquis de Sade (1740-1814) est un homme de lettres, romancier et philosophe français. La quasi totalité de son oeuvre exprime un athéisme anticlérical et est teintée d'érotisme - souvent lié à la violence et à la cruauté -, ce qui lui a valu de connaître des mises à l'index et la censure. Sur les 72 ans qu'a duré sa vie, le Marquis de Sade en a passé 27 derrière les barreaux. Occultée et clandestine pendant tout le XIXe siècle, son oeuvre littéraire est réhabilitée au milieu du XXe siècle part Jean-Jacques Pauvert. Sa reconnaissance unanime de l'écrivain est représentée par son entrée dans la Bibliothéque de la Pléiade en 1990.
    À PROPOS DE LA COLLECTION
    Retrouvez les plus grands noms de la littérature érotique dans notre collection Grands classiques érotiques.
    Autrefois poussés à la clandestinité et relégués dans « l'Enfer des bibliothèques », les auteurs de ces oeuvres incontournables du genre sont aujourd'hui reconnus mondialement.
    Du Marquis de Sade à Alphonse Momas et ses multiples pseudonymes, en passant par le lyrique Alfred de Musset ou la féministe Renée Dunan, les Grands classiques érotiques proposent un catalogue complet et varié qui contentera tant les novices que les connaisseurs.

  • « Me voilà donc à la fois incestueuse, adultère, sodomite, et tout cela pour une fille qui n'est dépucelée que d'aujourd'hui. »

    « La Philosophie dans le boudoir ou Les Instituteurs immoraux » (1795) est une série de dialogues retraçant l'éducation sexuelle d'une jeune fille de 15 ans sur une journée. Madame de Saint-Ange aidée par son frère, un ami et son jardinier vont initier Eugénie à la jouissance et au libertinage le plus effréné.
    Objet de scandale écrit en pleine Révolution, la crudité du texte alterne dissertations philosophiques - sur la liberté, la religion, la monarchie, les moeurs - et applications concrètes des préceptes évoqués, passant de la théorie à la pratique pour construire une « Bible du plaisir ».

    LUST Classics est une collection de classiques de la littérature érotique. Les oeuvres qui la composent ont été sélectionnées en raison de leur apport historique majeur au genre et ce malgré des contenus parfois susceptibles de choquer et d'être polémiques.

  • « La Nouvelle Justine ou Les Malheurs de la vertu » (1797) est une réécriture du premier ouvrage du marquis de Sade publié de son vivant « Justine ou les Malheurs de la vertu ».

    Cette nouvelle version de « Justice ou les Malheurs de la vertu » se caractérise par une écriture encore plus indécente : Justine n'est plus narratrice, son vocabulaire et ses réticences morales ne limitent donc pas son évocation des passions dont elle est victime. S'ajoute la multiplication de ses malheurs et des déclarations sur le libertinage, l'athéisme, le relativisme des lois, l'inutilité de la vertu... Dans cette fin Justine ne meurt pas, elle cède la parole à sa soeur Juliette qui saisit le flambeau de la première personne pour raconter sa propre histoire dans « L'Histoire de Juliette ou les Prospérités du vice ».

    LUST Classics est une collection de classiques de la littérature érotique. Les oeuvres qui la composent ont été sélectionnées en raison de leur apport historique majeur au genre et ce malgré des contenus parfois susceptibles de choquer et d'être polémiques.

empty