• La Nuit du henné

    Hamid Grine

    L'histoire de Maria et Maâmar, un jeune couple dans l'Algérie des années 80, celle du socialisme finissant, de la crise des logements et de la répression sexuelle.
    Dans ce décor où différentes générations se côtoient, Maria et Maâmar partent passer leur lune de miel au bord de la mer. Maâmar est une sorte de « macho » amateur de masques, ceux que l'on utilise pour dissimuler ou inventer la réalité. Cynique ou naïf (peut-être les deux), condescendant avec son épouse, il est pétri de contrastes et de contradictions, représentant en cela toute une génération et toute une époque qui s'achève. Maria est charmante, douce, tendre, positive, simple. Maternelle avec son mari, elle agit en sainte, tout en attisant malgré elle la convoitise des hommes, qui la regardent et l'épient, telle une apparition bien charnelle sur cette plage où les deux époux passent leurs journées. Tout paraît normal. Pourtant le démon rôde, surtout la nuit, et le séjour du jeune couple se fait de plus en plus étouffant, oppressant.
    Le roman prend alors des allures de conte fantastique et il faudra conjurer la superstition, qui n'est peut-être pas où on l'attend, afin que cette histoire simple ne devienne pas un cauchemar... Histoire d'une supercherie, La nuit du Henné est un roman au verbe direct et au réalisme cru, à l'humour acéré, au style fluide, vif et alerte, qui décortique la réalité pour mieux en jouer, qui perce les mystères du conscient et de l'inconscient des êtres, de leurs joies et de leurs peines, de leurs peurs et de leurs doutes, et, surtout, des superstitions où tout cela s'entremêle et se conjugue.
    Analyse psychologique poussée, espace et temps revisités, humour cinglant, réalisme et fantastique... Et si La nuit du Henné était l'expression nouvelle d'un « réalisme magique » algérien ?
    EXTRAIT
    Maâmar Hbak est un homme heureux. Plus heureux que lui, il n'y a qu'un célibataire.
    Célibataire, il ne l'est plus depuis moins de vingt-quatre heures. Il vient de convoler en justes noces avec la femme qu'il aime. Et qui l'aime. Ils s'aiment sans histoire. Ils ont bien parfois quelques petites scènes qui sont, les amoureux le savent bien, le sel de tout couple qui s'aime. Pour mieux s'aimer, n'est-ce pas, il faut, de temps en temps, se fâcher sans se quitter, se mâcher sans s'avaler, se griffer sans se déchirer.
    Se donner l'illusion que tout peut s'arrêter d'un côté ou d'un autre, il n'y a rien de mieux pour souder un couple. C'est, du moins, l'opinion de Maâmar qui a appris de quelques vieux briscards que la meilleure façon de garder l'amour d'une femme est de lui donner l'impression qu'elle risque de le perdre chaque jour.

  • Miracle d'équilibre entre anecdotes et érudition, Cueille le jour avant la nuit est un concentré de sagesse qui ravira les amoureux des Belles Lettres.
    Hamid Grine crée un dictionnaire amoureux à partir de mots « qui lui parlent » ; pour les éclairer, il compose un texte à la forme immuable - le mot, une citation, un récit - à lire dans l'ordre alphabétique, ou pas !
    L'admiration de l'auteur pour « ces écrivains et philosophes qui [lui] ont montré de quel côté se trouve une vie réussie et non une vie de réussites », fait de son oeuvre une formidable promenade littéraire : s'y croisent Dostoïevski, Hugo, Marc Aurèle, Baudelaire, Pascal, Garcia Lorca, La Boétie et tant d'autres ! Pour délicieuse qu'elle soit, la « promenade » poursuit un objectif plus élevé encore.
    Associé à chaque mot, un récit inspiré de la vie de l'auteur nous plonge dans une situation réelle, point de départ à une réflexion sur le vrai sens du mot, pour lui... et pour nous ! Au fil des pages, se dévoilent les valeurs de patience, endurance et courage, racines du stoïcisme. Cueille le jour avant la nuit rappelle ainsi les Lettres à Lucilius de Sénèque : l'auteur y montre la voie vers « la vie bonne » sans imposer, contraindre, ou dissimuler les obstacles à surmonter. Édifiant, habile et si stoïcien !
    Jamais moralisateur, Hamid Grine s'impose comme un moraliste des temps modernes : il nous invite à musarder, libre, chacun à son gré, dans un jardin irrigué par les mots de littérature et de la philosophie.
    Cueille le jour avant la nuit est un texte magnifique paru en Algérie en 2005 qui a fait l'objet de nombreuses rééditions. Amendé par l'auteur, il est enfin disponible sous formes numérique et imprimée pour les lecteurs du monde entier. Cueillez-le vite !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Hamid Grine est un journaliste et écrivain algérien, né le 20 juin 1954 à Biskra dans le sud-est algérien. Il a débuté dans le journalisme sportif qu'il a exercé en Algérie et à l'étranger en touchant aussi, en tant que grand reporter, à d'autres rubriques telles que l'économie, la société et la culture. Hamid Grine a égalementé été concepteur rédacteur à l'étranger dans deux grandes agences de communication publicitaire.

empty