Conaissez-vous notre offre de revues?

En voici une sélection:

  • Mesdames et messieurs, pour son anniversaire, Graou a décidé de préparer une grande fête, de mettre les petits plats dans les grands et de concocter pour ses jeunes lectrices et lecteurs, un numéro plein de surprises ! Des cartes d'invitations à personnaliser, un Cherche et trouve au milieu du défilé de carnaval, de drôles de paquets cadeaux, une kermesse de l'école avec une pêche au canard qui s'emmêle, une fête des voisins, un gâteau magique et des bougies à souffler, des stickers pour décorer la maison...
    Bien sûr, qui dit fête dit copines et copains pour danser, chanter, jouer tous ensemble. Au programme des réjouissances aussi : un voyage en Chine pour le nouvel an avec pétards et danse du dragon, les 2 héros malicieux Pistache et Rhino seront bien entendu de la partie, l'abécédaire de Virginie Morgand sera encore plus fou avec une foule de mots en "f" à retrouver, et enfin, Eva Offredo quant à elle nous emmènera dans une découverte poétique et imagée de mots festifs.

  • Le numéro d'après... Après les épisodes de gel, de grêle, de températures anormalement élevées dans certaine région l'été dernier, on peut le dire : les vignerons avaient déjà bien trinqué. En 2020, la pandémie et ses conséquences n' a bien évidemment rien arrangé... certes les vignerons n'ont pas perdu leur production ce coup-ci, mais les voilà contraints à la faire patienter dans la cave, le temps que les restaurants, cavistes et autres hôtels qui ont aussi essuyé la terrible tempête, ne reprennent un peu de couleurs. Ce nouveau numéro de 12°5, tout comme les précédents, est intégralement consacré à ces hommes, ces femmes, vignerons, cavistes, sommeliers, artisans... des passionné(e)s qui, contre vents et marées, continuent de faire vivre ces vins sincères, ces vins d'auteurs dont nous nous empressons de remplir nos verres avec prequ'autant de plaisir que lorsque nous les vidons. Au menu de ces 176 pages donc : de belles quilles, de belles rencontres, de beaux projets et beaucoup d'espoir pour des lendemains qui chantent.

  • Une revue qui se donne pour mission de démocratiser les savoirs universitaires et militants pour déconstruire le patriarcat et donner à chacun des moyens d'émancipation au quotidien. Le premier numéro est consacré à la question du genre, sur la manière dont on devient un garçon ou une fille, sur la transition de genre ou encore l'aspect politique de la naissance.

  • Dossier principal.

    UN PEU PLUS PRÈS DES ÉTOILES - Vivre sur Mars, c'est pour demain ou plutôt après demain ?
    LE BONHEUR EST DANS LE BUNKER - Aux États-Unis, le mythe de la petite maison dans la prairie s'adapte à notre époque agitée. Avec du béton armé et 100 pieds sous terre.
    GRANDEUR NATURE - Loin des grandes villes et de leur tumulte, Brice Portolanoa fait le tour du monde des hommes et des femmes qui ont tiré un trait sur leur vie passée pour - enfin ! - être libres.

    Et aussi :
    Le témoin : les habitants de Téhéran continuent à se rendre dans les parcs pour se changer les idées ou briser l'isolement lié à l'épidémie.
    Le jour où... : Beyrouth a volé en éclats.
    Entretien : Jane Evelyn Atwood, un demi-siècle en marge.
    Mémoire : dans les archives des prisons ottomanes, miroir de la Turquie d'aujourd'hui.
    Récit : Murmures de glaces, aux confins de la Russie - Desperados : le plus grand exode du XXIe siècle est vénézuélien - Romances d'Arabie : aimer dans le royaume saoudien.

  • « Ils disposaient instinctivement la Pandémie après les autres grandes créatures mythiques dont on avait le souvenir, acceptant de la prendre pour ce qu'elle était bel et bien : une contagion des esprits avant une contagion des corps. » Alessandro Baricco Il faudrait réussir à envisager la Pandémie en tant que créature mythique. Beaucoup plus complexe qu'une simple urgence sanitaire, celle-ci semble plutôt être une construction collective dans laquelle différents savoirs et de nombreuses ignorances ont contribué au partage manifeste d'un même objectif, analyse Alessandro Baricco dans ces trente-trois fragments écrits près d'un an après l'apparition de la Covid-19. Cette figure a gagné et occupé pleinement les esprits à la faveur de l'avènement de la civilisation numérique, plus rapidement que le virus n'a infecté les corps. C'est un phénomène artificiel, certes : un produit de l'homme. Mais confondre artificiel et irréel serait une erreur stupide, car le mythe est peut-être la créature la plus réelle qui soit. Cet événement que nous vivons. Ce que nous cherchons.

  • « Par quelle aberration peut-on penser que la politique consiste à désigner des ennemis alors qu'elle est la définition d'un partage : ce que nous avons en commun, nous individus, à l'intérieur d'une société et comment nous devons l'organiser ? » Les mots ne se contentent pas de décrire la réalité, ils la créent. En hystérisant le débat, en jouant la fureur, l'outrance, la polémique, bref en agitant de tous côtés le fanion rouge du scandale, tous les rhéteurs de l'excès abîment la démocratie et engendrent un état incertain où tout est possible. Ce n'est pas seulement la réalité de la situation qui provoque le malaise actuel, c'est sa déformation par les mots. L'expression lucide et mesurée d'une situation reste en démocratie le meilleur moyen d'affronter les problèmes. D'où nos difficultés si ce débat même est altéré, si la réalité est déjà déformée par les représentations hérissées et délirantes des polémistes. Notre tâche, c'est d'affronter les difficultés réelles, pas les délires.

  • Avec ce neuvième opus, Zadig va au plus près de celles qui refusent la fatalité de la domination masculine et donne la parole à ces cheffes de famille ou à ces responsables politiques qui préparent les conditions d'une véritable égalité hommes-femmes dans notre société. En attendant - qui sait ? - qu'une femme remporte l'élection présidentielle.

    À retrouver dans ce numéro : Élisabeth Badinter, Karine Tuil, Najat Vallaud-Belkacem, Sandra Laugier, Leïla Slimani, Tania de Montaigne.

  • La conviction qui nous anime en prenant aujourd'hui la parole, c'est que plutôt que de se taire par peur d'ajouter des polémiques à la confusion, le devoir des milieux universitaires et académiques est de rendre à nouveau possible la discussion scientifique et de la publier dans l'espace public, seule voie pour retisser un lien de confiance entre le savoir et les citoyens, lui-même indispensable à la survie de nos démocraties. La stratégie de l'omerta n'est pas la bonne. Notre conviction est au contraire que le sort de la démocratie dépendra très largement des forces de résistance du monde savant et de sa capacité à se faire entendre dans les débats politiques cruciaux qui vont devoir se mener, dans les mois et les années qui viennent, autour de la santé et de l'avenir du vivant.

  • De quoi passer l'hiver !

    Dans ce nouveau numéro, à dévorer au coin du feu, ou sous la couverture chauffante, retrouvez tous les ingrédients de notre inimitable recette, 1/3 reportages, 1/3 recettes, 1/3 bouillon de culture. Au menu entre autres : la revanche des femmes dans l'agriculture française, un reportage sur le dernier cru des langres, le portrait du chef Christophe Aribert, un entretien autour du militantisme en cuisine avec le chef Thierry Marx. À découvrir aussi, une réflexion autour de la crise sanitaire et ses surprenants effets sur les circuits-courts, un point sur la manière dont l'urgence climatique bouleverse notre système agricole. À suivre, des recettes franchouillardes spéciales hiver qui tiennent au corps, notre inimitable marché et ses recettes 100% de saison, le home-made de Delphine... Et bien d'autres choses encore.

  • «Ce n'est pas la Covid-19 qui a mis le monde à terre, mais la psychose provoquée par ce virus.» Renaud Girard, Jean-Loup Bonnamy.

    L'émotion désordonnée avec laquelle les États-Unis et la plupart des grands pays d'Europe occidentale ont réagi à l'épidémie de Covid-19 restera dans l'Histoire comme un bel exemple de psychose collective. Dans l'adoration de ce nouveau veau d'or qu'est le «principe» de précaution, nous avons foulé aux pieds les valeurs les plus sacrées pour lesquelles se sont battus nos aînés. Renaud Girard et Jean-Loup Bonnamy livrent ici une réflexion d'ensemble largement nourrie de données internationales sur les conséquences médicales, sociales et économiques de l'événement.

  • Bon est une revue biannuelle qui va à la rencontre de personnages, d'aventures, d'histoires qui ont le même intérêt pour les choses de la table. Elle se propose de placer au coeur du débat actuel toutes les questions liées à l'alimentation ; en effet, cette dernière est d'un inépuisable débat, exprimant de la société des tendances et des évolutions qu'aucun autre domaine ne saurait mettre en évidence. Elle est une passion française. D'une étape à l'autre de la chaîne, de l'agriculture à l'art culinaire, Bon regroupe celles et ceux qui font l'alimentation, la transforment ou la savourent ; ceux qui, à leur manière, en réconciliant esprit et estomac, contribuent à l'anoblir.

    Bon mêlera journalistes, écrivains, sociologues, sémiologues, philosophes, influents sur les supports « classiques » (presse, radio, édition etc.) comme « nouveaux » (blog, podcast, réseaux sociaux etc.), avec notamment des contributeurs et contributrices issus d'ELLE à table, Le Figaro, Le Monde, Libération, France Inter, Regain, Omnivore, France Culture, Make Some Noise, etc.

  • Dans ce quatrième numéro, Front Populaire se penche avec rigueur et impartialité sur le sujet de l'immigration. 160 pages d'analyse dans lesquelles nos auteurs n'hésitent pas à briser tous les tabous. Répondront-ils à vos questions ?

  • «C'est contre le cinéma que le cinéma doit se faire. En particulier s'il veut, au sein du nouveau monde des images, incarner le plus précieux, le plus vital : la liberté de penser, d'inventer, de chercher, d'errer et de se tromper, en somme d'être l'antidote.» Olivier Assayas Constat fait de l'absence de pensée théorique du cinéma contemporain et de l'effacement de la cinéphilie, que nous reste-t-il pour penser ce que l'on persiste à appeler le septième art? Penser, c'est-à-dire donner du sens aux pratiques des réalisateurs, dépasser la fragmentation et la dépersonnalisation de leur oeuvre dans l'industrie des flux numériques... et justifier aussi qu'on puisse encore résister à l'attraction des plateformes au nom d'un cinéma indépendant et libre, avec l'éthique et les fins qui lui sont propres.

  • A` un an de la pre´sidentielle, Le´gende s'empare de la figure de Coluche pour questionner, a` travers l'agitateur, notre actualite´, qu'elle soit politique ou sociale.
    Symbole d'un art populaire par excellence, Coluche est peu a` peu passe´ du personnage burlesque et emble´matique (le nez, la salopette) a` un statut d'ico^ne politique, parfois subversive, avec ses 16% d'intention de vote lors de la campagne pre´sidentielle de 1981.
    Mais re´duire Coluche a` son image de trublion serait une erreur. Fondateur des Restos du Coeur qui ont distribue´ plusieurs milliards de repas depuis leur cre´ation, il fut aussi une ico^ne de cine´ma, comme l'atteste son César du meilleur acteur pour le film Ciao Pantin. Un personnage romanesque dont la pre´sence sce´nique, a` l'honneur ici gra^ce a` des photos saisissantes, ne saurait cacher totalement les fe^lures du clown triste, fantasque et bouleversant, que fut Michel Colucci.

  • Dossier de Une sur les prisons (femmes, mineurs, le travail en prison, écrire pour s'en sortir) Reconstitution : l'affaire du gendarme tueur de l'Oise Grand entretien avec Pierre Lemaitre

  • Kaizen n.55

    Kaizen

    Dossier : L'éco-féminisme. Enquête : Pollution de l'air. Nature mise à nu : La processionnaire du pin. Vent d'ailleurs : les Maoris et la Nouvelle-Zélande. Faire ensemble : La banlieue. Les bons plans à Avignon. Et aussi des recettes, chroniques de Christophe André, Dominique Bourg et Quitterie de Villepin, sans oublier les DIY !

  • Un hors série complet dédié à toutes les mythologies, analysées à travers un éventail de loupes (Arts, Astronomie, Littérature...) afin d'explorer leurs profondeurs, leurs similitudes mais aussi leurs points de rupture.

  • Yggdrasil n.8

    Yggdrasil

    Yggdrasil est un mook, magazine-livre trimestriel, qui traite des questions liées à l'effondrement de notre civilisation ainsi que du renouveau et de la résilience nécessaires pour cette traversée. Notre approche est pragmatique, scientifique et sensible, politique et spirituelle. Yggdrasil est une aventure portée par Yvan Saint-Jours créateur des magazines La Maison écologique en 2001 et Kaizen en 2012, et Pablo Servigne, scientifique, auteur d'ouvrages clefs sur l'effondrement.

  • Reliefs ; volcans

    Reliefs

    Dossier "VOLCANS" : Approche transversale : quand la terre tremble, La naissance d'un volcan, Des hommes et des volcans, Volcans sous marins Hors dossier : Correspondance - Atlas des astéroïdes - Cartes géographiques anciennes (New York, 1908 ; Nature in Descending Regions, 1931 ; The Histomap, 1931) - Héros hier - Héroïnes aujourd'hui Chai Jing, Gunhild Anker Stordalen, Susan Solomon, Ellen D. Jorgensen, Elodie Bernard, Joséphine Bacon) - Entretien avec Allain Bougrain-Dubourg (journaliste, réalisateur, producteur et président de la LPO - Portfolios de Rinko Kawauchi et Naoya Hatakeyama - Aparté avec Nastassja Martin (anthropologue spécialiste des peuples du Grand Nord) - Article sur les migrations climatiques (François Gemenne, chercheur en science politique) - Article sur l'histoire du safran (Eric Birlouez, ingénieur agronome) - Planches naturalistes - Trésors photographiques - Rubrique Roche - Portrait d'Aldo Leopold par Valérie Chansigaud (historienne des sciences et de l'environnement) - Récit illustré - Agenda culturel - Poème Auteurs : Dossier "VOLCANS" : Hors dossier : Allain Bougrain-Dubourg (journaliste, producteur et réalisateur, président de la Ligue pour la protection des oiseaux), Nastassja Martin (anthropologue, spécialiste des peuples du Grand Nord), François Gemenne (chercheur en science politique), Eric Birlouez (ingénieur agronome), Valérie Chansigaud (historienne des sciences et de l'environnement, spécialiste de l'histoire des relations entre l'espèce humaine et la nature).
    Illustrateurs : Olivier Bonhomme, Djilian Deroche. Et aussi : Rinko Kawauchi, Naoya Hatakeyama

empty